IMMIGRATION ET ACCUEIL SUR NOS TERRES ANCESTRALES.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Ragnaud, Gilles, présidentielles, 2017, MDE, Évolution,

La France a toujours été une nation d’accueil, une terre d’asile pour le reste du monde, et il faut que cela continue ainsi, il en va de l’image de la France et des Français. Je suis pour l’accueil de tous, sans exception, mais attention, accueillir ne veux pas dire accepter l’inacceptable. Il nous faut donc d’entrée imposer une condition primordiale à toute personne voulant rejoindre nos terres ancestrales, celle du respect obligatoire de nos us coutumes, ainsi de nos langues et cultures régionales. Cela ne veut pas dire qu’une personne accueillie ne pourra plus se vouer à son culte, mais juste qu’elle ne pourra plus imposer sa culture dans nos pays de France, devant impérativement savoir se mettre, elle et sa famille, dans des conditions d’écoute et d’apprentissage de nos cultures. En cela les pays de France, les associations, les systèmes scolaires ainsi que toutes nos autres institutions administratives et culturelles ont un devoir d’aide absolue, une assistance que j’entends soutenir avec force. C’est ici une conception différente de l’accueil que doit avoir la France, mais aussi une responsabilité vis-à-vis de nos générations futures, celle de leurs laisser des terres ancestrales aux patrimoines forts, des terres dans lesquelles ils se reconnaitront, générations après générations, comme étant un attachement, un repère essentiel à l’équilibre de leurs communautés.

Pour aider à progresser dans notre nation, j’ai l’intention de mettre en place des centres d’apprentissage, fait pour accueillir, mais aussi et surtout pour enseigner tout ce qui fait notre pays, ses règles, ses langues, ses cultures, ses conceptions du monde liées au respect des autres, de la bienveillance et de la compassion indispensable pour chacun, des valeurs qui me sont chères. Le passage par ces centres d’apprentissage, sera pour toute personne voulant rejoindre nos terres, un sas obligatoire, distinguée en sortie par des papiers d’identité à la nationalité Française et tout ce qui en résulte, avec emploi et obligation géographique imposée. Par contre, je serais bien moins magnanime avec les fauteurs, je ne parle pas des immigrés qui eux seront d’entrée dirigés vers nos centres d’apprentissage, mais bel et bien envers les résidents Français employant des personnes sans papier, en abusant par des salaires ou des travaux indécents ou insécurisés. Je ferais en sorte que ces fauteurs éventuels se voient automatiquement saisis de la totalité de leurs biens et fortunes. C’est un prix à payer clair, un avertissement à tous ceux qui voudraient tricher, ne pas respecter les règles Françaises et abuser de la vie d’êtres humains, car quels que soient ces abus, rien pour moi n’est plus répugnant.

L’immigration est une logique de notre siècle, nous ne pouvons pas aller contre, nous ne pouvons pas non plus monter des remparts sur nos frontières et encore moins employer une politique répressive. C’est donc par des formules de sagesse, des actions et procédés humains permettant à la fois la protection des nouveaux venus, mais aussi celle de nos pays de France et de leurs cultures, que je souhaite mettre en place cette nouvelle forme d’accueil. De par son efficacité et son aspect punitif face aux tricheurs éventuels, cette proposition ne va quasiment rien couter à la France et aux Français. En effet, le seul moyen pour un candidat d’avoir des droits, des papiers, du travail étant l’obligation de passer par des centres d’apprentissage, il n’y a plus aucune raison qu’il se cache, qu’il mette sa vie en danger, qu’il se tue dans des embarcations de trafiquants d’âmes. Il suffira d’en faire la demande.

Chacun, citoyens et citoyennes en devenir, est concerné directement et facilement par cette proposition, sans répression, sans peur, avec l’assurance d’atteindre le bout du tunnel dans des conditions claires. C‘est donc à nous tous dans notre ensemble comme dans nos engagements personnels, à savoir accompagner dès l’arrivée dans notre pays et tout le long de leurs vies, ces nouveaux citoyens en leurs faisant découvrir les richesses qui sont les nôtres, des richesses de cultures, de savoirs et de traditions.

Gilles Ragnaud

Gilles ragnaud la page Like sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *