MALADIE DE L’ ABSCONSE

Découverte par le professeur Jean De l’absconse dès la fin du XVIII ème siècle, cette maladie n’a eu de cesse de s’étendre avec la colonisation des territoires par les occidentaux.

Le syndrome de l’Absconse, est une vraie maladie, grave faisant des tas de victimes dans le monde. Plus que la maladie elle-même et les personnes atteintes, ce sont les conséquences qu’elle a sur les autres qui la rendent réellement dangereuse. En effet plus de 90% de la population en étant gravement atteinte, influe nécessairement sur le reste du monde.

Deux trois explications s’imposent :

Cette maladie crée entre autres un problème grave chez ses porteurs, les rendant intellectuellement extrêmement fainéants, n’utilisant leur cerveau plus que pour des taches dites domestiques. Le plus terrible, est le handicap profond que laisse cette maladie, le malade n’ayant même plus ni l’idée, ni la volonté d’employer ses méninges pour des activités plus salvatrices, notamment pour sa culture générale, ou pire, tirer leurs générations futures vers le haut.

Les conséquences directes sont graves pour le malade, ne lisant pas, ou peu tout en étant dans l’incapacité totale de comprendre un texte ou même une simple phrase dans sa longueur. Incapable de faire face à leurs contradictions, lorsque les malades se rendent compte de leur problème, se mettent à réagir avec agressivité, leur égo prenant le dessus, se mettant automatiquement sur la défensive, préférant se ridiculiser en se faisant encore plus « malade » qu’ils ne le sont.

Maladie en progression constante chez nos jeunes générations.

L’académie des sciences, dans un courrier adressé directement au premier ministre, a tiré la sonnette d’alarme. Les jeunes générations développent la maladie plus vite, et surtout plus tôt que les générations précédentes. Interviewé sur le sujet, le politologue et thérapeute Hervé Tanguy, donne l’ampleur des risques à court  terme :

« La peur principale de nos institutions, est l’installation durable d’une idiocratie sociale et économique, mais aussi politique, au point où, on le voit déjà hélas actuellement, le moindre petit con est capable de prendre le pouvoir, et de violer la société sans que personne ne dise rien. C’est d’ailleurs l’une des conséquences de cette maladie, les malades grognent dans leur coin, mais ne s’engagent jamais. »

Des soupçons de « fake news » pour propager cette maladie ?

C’est en effet une des théories ressortant, « non complotistes », puisque se voyant chaque jour sur les réseaux internet. Il a été en effet repérés plusieurs réseaux et outils de communication sur internet, permettant de déclencher la maladie, et pire de l’instituer durablement, suscitant l’idée que les malades sont des gens sains d’esprit, et que ce sont les autres qui sont atteints. Ainsi des réseaux d’influences profitent des personnes malades, pour les gaver de « fake news », des propagandes via des putaclics, des vidéos sans structure culturelle, des photos voire quelques mots « FACILES » à comprendre, ne demandant aucune forme d’énergie pouvant faire sortir de leur coque et de leur torpeur les cerveaux atteints. Le danger est tel, que l’on ne compte rien de moins que plusieurs milliers de liens vers des messages totalement obscures, ne proposant que du divertissement, au grand dam d’une forme culturelle plus prononcée.

Y aurait-il donc dernière tout cela, la volonté d’un état voyou, voire de groupes d’influences de masses, s’en prenant par exemple à une jeunesse encore vierge de toute symbolique politique et religieuse, de les rendre plus bêtes qu’ils ne le sont déjà ? La question est posée.

Des populations encore plus à risque que les autres.

« Parmi les personnes les plus atteintes, on compte près de 95% de hauts diplômés »

Une catégorie de citoyens est, elle, directement contaminée par le syndrome de l’absconse, les études faites par « l’institut de recherches universitaires britanniques St Mary’s de Twickenham », révélant que le problème est là d’ordre génétique, les symptômes étant directement liés à un égocentrisme exacerbé, dangereux pour leurs semblables, puisque démontrant des symptômes atypiques de la maladie.

Le syndrome chez eux les amène à faire des erreurs de jugement qui peuvent s’avérer absolument terribles pour le reste de la planète, oui, pas moins que ça. Le problème est que ces malades, se sachant hautement diplômés, s’imaginent qu’ils sont AUTOMATIQUEMENT bien plus intelligents que les autres, et parce qu’ils ont fait ces hautes études, sont donc plus à même de prendre des décisions, ce qui n’a rien à voir, l’obtention de diplômes n’ayant jamais été une preuve de réflexion et encore moins d’imagination.

Leurs facultés de persuasion sont telles, et c’est dû à la maladie, que les autres citoyens atteints eux-mêmes par le syndrome, sont bernés, amalgamant les diplômes obtenus par ces gens dans de grandes écoles, à de prétendues capacités à faire, à organiser, à imaginer, à savoir résoudre un simple problème, chose totalement fausse conduisant à une erreur de jugement terrible.

Un teste simple pour savoir si vous êtes atteint.

Pour savoir si vous êtes atteint ou pas par cette maladie, il y a un test très simple. Si vous avez lu jusqu’au bout cette terrible annonce de la « maladie de l’Absconse », alors vous avez compris l’importance de la communiquer autour de vous. VOUS DEVEZ DONC ABSOLUMENT LA PARTAGER, « et sans en rire », cette maladie étant un réel péril pour nos civilisations.

Études et recherches par, Gilles Ragnaud.

PS : ABSCONSE SYNONYME : impénétrable ; inexplicable ; obscure ; étrange ; indéfinissable ; inintelligible ; amphigourique.

JE N’ACCEPTE PAS, JE N’ACCEPTERAI JAMAIS.

JE N’ACCEPTE PAS, JE N’ACCEPTERAI JAMAIS.

LISTE NON EXHAUSTIVE DU DIRIGISME MACRONIEN :

– Nous attendions plus de pouvoir d’achat,
nous en avons toujours moins.
– Nous attendions plus d’investissement d’état,
nous en avons moins.
– Nous attendions plus d’interventions face aux obscurantismes,
c’est le contraire qui se passe.
-Nous attendions plus de solidarité pour nos santés,
nous devons toujours plus payer.
– Nous attendions plus d’équité sociale,
nous en avons moins.
– Nous attendions à ce que les plus riches paient plus,
c’est le contraire qui se passe.
– Nous attendions moins de taxes et d’impôts,
nous en avons toujours plus.
– Nous attendions  plus de sens dans l’éducation et la scolarité,
on nous sert du disciplinaire.
– Nous attendions de la protection salariale,
nous en avons de moins en moins.
– Nous attendions plus d’éthique politique,
nous sommes à la limite du despotisme.
– Nous attendions plus d’engagements pour la planète,
Macron botte en touche.
– Nous attendions plus d’engagements contre les armes chimiques en Syrie, mais non, rien.
– Nous nous attendions à des engagements face aux dictatures,
là non plus, rien.
– Nous attendions des engagements pour le peuple Kurdes,
silence radio.
– Nous attendions du concret pour les sans-abris, les immigrés, les sans papier, juste du vent.
– Nous nous attentions à plus de moyens judiciaires
et ils se réduisent comme peau de chagrin.
– Nous attendions plus de libertés individuelles et collectives.
Macron nous enferme dans l’enfer NÉOLIBÉRAL.

Tant qu’il y aura des SDF, du chômage, des impôts et taxes assassines, des citoyens en manque de ce qui leur est vital, des endettements, de la misère. Tant qu’il y aura des violences, des méfaits, de la discrimination due au manque de travail, d’argent, d’éducation, tant qu’il n’y aura pas de vraies libertés individuelles dans les choix de devenir de chacun et tant qu’il n’y aura pas la possibilité pour chaque citoyen de pouvoir réellement vivre pour soi et pour les siens, alors ce seront nos générations futures qui en souffriront. ET ÇA NOUS NE POUVONS PAS LE TOLÉRER.

Face au libéralisme, opposons l’HUMANISME.

 

Macron VS Poutine, entre la raison, les affaires, et l’Égo.

Comment est-ce que le président Macron pourrait affirmer son leadership et ses ambitions européennes au vu de la planète, face au cas Poutine. Un vrai casse-tête pour notre président ?

On résume.

D’une, notre président a à cœur de défendre les valeurs d’une Europe libérale, avec tout son cortège de relationnel international, de business, de marchés, de contrats, d’intérêts nationaux, etc.

De deux, en tant que dirigeant d’un des États Européens, il a l’obligation de partenariat vis à vis des autres États et de leurs dirigeants. Il doit savoir afficher une certaine solidarité, fédérale européenne, tout en gardant la face, ne sanctionnant pas la France de possibles marchés et partenariats, tout en restant juge d’une pensée toute occidentale, sachant garder un certain recul politiquement correct de mœurs et de conventions.

Dans ce genre d’exercice, notre président, il faut le dire n’est pas très bon, restant le cul entre deux chaises, tentant toujours de ménager la chèvre et le loup. Nous avons eu l’exemple déjà à plusieurs reprises, dans ce NON engagement vis à vis de la Syrie par exemple, sur l’utilisation d’armes chimiques, voulant la preuve, de la preuve, de la preuve, de la preuve, avant de faire quoique ce soit, qu’il y a des preuves.

En bref, il botte en touche.

Macron vs Poutine

Alors, devant un dictateur tel que Poutine, un type qui a institué le mensonge comme étant LA politique d’état, notre pauvre président, avec toute sa conviction néolibérale est littéralement balayé. Et on ne peut pas lui en vouloir, car il faut reconnaitre qu’il est certainement très difficile pour un dirigeant européen, devant avant tout travailler avec du concret, avec diplomatie, de faire face à ce genre de personnage malsain.

Alors faut-il pour autant rester le cul entre deux chaises, ne faut-il pas pour autant s’engager, violenter comme Monsieur Macron sait si bien le faire contre ses concitoyens ?

« Moscou expulse 23 diplomates britanniques et ferme le British Council. »

A l’heure grave où nos voisins anglais déplorent un attentat de la part des Russes sur leur territoire, impliquant directement Poutine, à l’heure où ce dictateur « néonationaliste frustré, » va être reconduit hors toutes formes de démocratie à la tête de son pays. A l’heure encore où tout le monde sait très bien que les Russes sont d’une mauvaise foi totale, nous sommes en droit de nous poser la question de savoir quels vont être les engagements et postions de Monsieur Macron ?

Moi j’avoue, ça me fait peur.

Ça me fait peur d’abord parce que nous n’avons pas de réponse tant qu’à ce que va faire le président Français, l’historique qu’il nous en a montré ayant été pour l’instant dans ce genre d’engagement, il faut le dire pitoyable. D’autre part, parce que si un jour le problème Russe, ou autres, venait à se durcir, je n’aimerais pas que par une forme de démagogie politique, ou pire encore de manque de cran, la France se retrouve en position de ne plus être un vrai partenaire européen, solidaire.

En conclusion, entre la raison, les affaires, et l’Égo, la France a besoin de réponses claires, ici et maintenant. Nous attendons.

Gilles Ragnaud

RÉFORME DE LA CONSTITUTION, OU COMMENT RÉTROGRADER LA DÉMOCRATIE.

Réforme de la constitution. La forêt qui cache l'autocrate ?La forêt qui cache l’autocrate ?

« Ce qui leurs manque maintenant, c’est le moyen de se passer des parlementaires, sans avoir forcément à recourir aux ordonnances. »

UN COUP D’ÉTAT CONTRE LA DÉMOCRATIE.

C’est toujours avec autant de violence, que cette (encore) « nouvelle réforme », présentée par le président comme une « modernisation », va une fois de plus tirer notre république vers le bas, puisqu’allant à contresens de l’idée de démocratie.

Macron et les siens partent du principe qu’avoir gagné les présidentielles leurs donne tous les droits, et qu’ils doivent donc avoir tous les pouvoirs, et que s’ils ne les ont pas encore, alors ils ont le droit de se les procurer. En « réformant » la constitution, ce pouvoir va dans un grand amalgame s’en donner les moyens.

L’argument principal du président n’est autre que celui de « reprocher au sénat de faire son travail », rien de moins.

PETIT RAPPEL DU RÔLE DU SÉNAT.

Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect, c’est-à-dire par environ 162 000 « grands électeurs » élus, eux, par l’ensemble des citoyens. NOUS. Ce Sénat est un outil incontournable de la démocratie, son rôle étant de voter la loi, de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer les politiques publiques.

En réformant le Sénat, et bien il n’y a plus ces contrôles, plus le vote des lois et plus d’évaluation des politiques publiques. En gros, Macron et les siens vont faire ce qu’ils veulent, sans qu’aucun contrepouvoir démocratique ne puissent intervenir. Certes il va encore y avoir des sénateurs, mais inutiles, car déboutés de pouvoirs législatifs.

ET LA DÉMOCRATIE DANS TOUT ÇA ?

Et bien il n’y en a plus, le gouvernement dans une mise en scène à vomir, veut non seulement nous faire croire qu’elle est toujours présente, mais qu’en plus elle est encore plus forte. C’est juste de l’antiparlementarisme, du populisme, la V ème république étant là, poussée dans ses extrêmes.

AYEZ PEUR, VOUS EN AVEZ LE DROIT.

La méthode utilisée est celle d’une dictature, le but ici étant d’imposer une forme d’absolutisme néolibéral, avec l’aval d’une part de nos « incultes concitoyens populistes » demandant la réduction des députés et sénateurs, ne se rendant même pas compte que c’est aussi une réduction de nos représentants et donc de la démocratie. C’est du Macron, du viol dans toute sa splendeur, un dictat réfléchi, organisé, avec pour seul but que lui seul puisse décider de l’avenir de la France et des Français.

Et ce n’est encore que le début.

Face au libéralisme, opposons l’HUMANISME.

Limitation à 80 km/h : le gouvernement persiste et signe.

Limitation à 80 km/h : le gouvernement persiste et signe.

80 Km/heure : Soyons clairs, c’est là encore de la part du gouvernement, de la pure prédation, et je vais tenter de vous le démontrer.

Ce n’est pas compliqué, notre capacité de concentration avoisinerait les 90 minutes. Au-delà, le cerveau se fatigue et se disperse. Sur cette plage de 90 minutes, notre attention est à son maximum après 25 minutes d’une même activité… et là, on ne parle pas de la conduite d’un véhicule.

Concernant cette conduite, avec tout ce que ça représente de panneaux, interdictions, obligations, directions, travaux, marquages au sol, trafic, piétons, le tout sans compter les pubs et autres formes d’affichage sur les bas-côtés, les passagers, la radio, le kit main libre, notre santé, notre fatigue, nos problèmes, etc… il est clair que rare doivent être les conducteurs capables de rester concentrés tout le long d’un trajet, même court.

Avec cette réduction de vitesse, c’est donc encore plus qu’avant L’INATTENTION NATURELLE de chacun qui va être punie, le résultat étant que LE GOUVERNEMENT VA UTILISER LA RÉPRESSION CONTRE NOS « NATURES HUMAINES ».

En bref, au nom de l’insécurité routière, nous allons de par nos natures humaines devenir des délinquants, alors appelons les choses par leur nom, c’est tout bonnement de la prédation.

Rappelez-vous, à l’impossible nul n’est tenu. 😉

PS : je ne suis ni médecin, ni spécialiste, j’essaie juste d’être logique et plein d’humour.

Sources : Top santé 

Je suis certain qu’il existe des études là-dessus, si vous en avez postez-les-moi.

La refonte des peines d’Emmanuel Macron.

La refonte des peines d’Emmanuel Macron.

Une fois de plus Monsieur le président, vous allez à l’encontre du bon sens.

Vous souhaitez, Monsieur le président, résorber la surpopulation carcérale et développer les peines alternatives à la prison sans être taxé de laxiste. Mais ce n’est pas de laxisme dont vous risquez d’être taxé, c’est d’incompétence, et j’explique pourquoi.

Pour ma part, je reste persuadé que le meilleur moyen de réduire la délinquance, reste celui de savoir apporter plus de bienveillance politique sociale et économique. La première politique de refonte des peines doit donc commencer par savoir « être » avec les citoyens, leurs donnant moyen de vivre dans un monde où la culture, l’enseignement, et l’éducation sont des bases incontournables. Ces éducations donnent du sens au savoir être, au savoir vivre, au respect de l’autre, et donc à la conscience que la prédation n’est bonne pour rien ni personne.

Et ce que vous faites Monsieur Macron, votre politique néolibérale, va totalement à l’encontre de cette idée.

Des exemples : Réduire les services publics, réduire les prestations familiales, réduire les capitalisations d’état, réduire le nombre de classes d’école, réduire la capacité d’un jeune à trouver une suite post bac, réduire les égalités entre habitants des campagnes et ceux des villes, réduire via les banques les capacités d’emprunt des citoyens et des entreprises. Réduire les capacités et compétences des syndicats, des prud’hommes, réduire dans tous les cas les pouvoirs d’achat, en augmentant les carburants, les taxes, les impôts, en recalculant les diverses prestations sociales vers la baisse, etc, le tout en bichonnant les fortunes privées, en augmentant de 40% les maires des grandes villes, et en traduisant le sens de notre système laïc.

Ces exemples, Monsieur Macron, ne sont que ceux que vous avez imposé par la force aux Français en moins d’une année, et encore, la liste est non exhaustive.
Ces exemples ne mènent qu’à une chose, une réaction vive de la part de nos concitoyens, devant faire chaque jour avec des vies plus difficiles, réduites en éducations et en ressources, devant par nécessité et par dépit, en passer par des délinquances, des incivilités, allant donc à l’encontre de votre volonté de résorber la surpopulation carcérale.

Je ne peux pas croire qu’il s’agisse d’une contradiction de votre part, étant un homme bien trop intelligent et calculateur pour ça. Par contre, je reste persuadé que cette refonte des peines est consécutive à votre logique prédatrice néolibérale, l’état, la république dans cette logique, devant se préparer aux conséquences de vos politiques, ce que vous vous apprêtez à faire.

Un dernier mot : restreindre l’éducation et les ressources des citoyens, c’est déclencher le chaos.

Face au libéralisme, opposons l’HUMANISME.

MACRON ET LE VIOL COLLECTIF CONTINUE.

Nouvelle réforme sur la formation professionnelle. Et le viol collectif continue.

Tout comme pour le statut des cheminots à la SNCF, ou encore concernant les réformes du bac et des lycées, ou même les ordonnances de lois travail, les Français ne vont pas plus comprendre, « la nouvelle réforme que propose le gouvernement sur la formation professionnelle », ses multiples diversités étant un véritable casse-tête.

Alors certes le gouvernement met d’entrée en avant des points contrariants pour justifier ses réformes, des trucs bien hards, bien causant, suffisamment démago pour que le gogo de première puisse se faire un avis rapide, sans lecture ni connaissance du sujet. Certes encore ce même gouvernement va une fois de plus aller très vite, bien trop vite, ne laissant le temps à personne de vraiment réaliser ce qui se passe. Les partenaires sociaux, pas plus que les professionnels du secteur n’ont le temps de réagir, de répondre et d’être présents sur tous les fronts des multiples réformes, dans les multiples secteurs des multitudes de viols collectifs du Président Macron et de son premier ministre sur les Français.

Quand on voit que moins de 10% de nos concitoyens sont dans la capacité de lire et comprendre (sans interpréter), un article de plus de 30 mots, alors demander à 100% d’entre eux de s’attarder sur des projets de réforme d’état, est tout simplement grotesque.

Non seulement c’est grotesque, mais c’est en plus grossier, trivial, primitif, et d’une prédation dictatoriale sans pareil. C’est profiter, abuser, de l’inculture politique sociale et économique de nos semblables, en les prenant réellement pour des cons incapables de comprendre. Le pire est la violence avec laquelle sont traitées les affaires de la France, non seulement les gens ne comprennent pas, mais en plus on ne leurs donne pas les outils pour comprendre, on ne respecte pas la démocratie, les pouvoirs, les débats obligatoires et surtout le TEMPS de se faire une réelle opinion.

ABUS DE FAIBLESSE.

Comme dans toute action de dictature, Monsieur Macron et son équipe abusent de la faiblesse des Français, non pas qu’ils ne soient capables de faire montre de pédagogie, mais tout simplement parce qu’ils n’en ont absolument rien à foutre, la seule chose comptant pour eux étant d’avancer sur le chemin qui est le leur, c’est-à-dire PROPULSER EN 5 ANS LA FRANCE DANS UNE LOGIQUE NÉOLIBÉRALE OUTRANCIERE.

Pour cela il faut vendre la France, ses entreprises, ses emplois, ses savoirs et savoir-faire, il faut réduire les capitalisations d’état, enrichir et même bichonner les fortunes privées. Il faut privatiser au maximum, tout en réduisant tant que possible les services publics et les aides d’état, le tout en exploitant l’inculture des masses, leur confusion, leur désarroi, leurs contradictions. L’idée générale est que tout dans ce monde néolibéral, ne soit plus que tenu, géré, par une oligarchie internationale de riches et de puissants, les États, leur souveraineté devant savoir se passer d’économie, devant comme tout le reste ne vivre que sur l’emprunt, le crédit, ne comptant que sur les taxes et l’impôt, c’est à dire, sur les pauvres ressources de chacun d’entre nous, pour les remboursements.

Nous souffrons tous déjà de ces méthodes néolibérales, et pourtant, elles n’en sont encore qu’à leur début, l’ère Macron, sa violence sans égale, ses viols répugnants à l’encontre de notre république, faisant basculer la France dans une « Néo dictature », un absolutisme inédit et extrêmement inquiétant, réinventant une forme de monarchie moderne, avec Seigneurs, Duchés et Comtés.

Engagez-vous. Face au libéralisme, opposons l’HUMANISME.

Gilles Ragnaud