L’AEQUUS LIBRA, UNE PHILOSOPHIE DE L’ÉQUILIBRE

Partager
  • 3
  •  
  •  
  •  

ragnaud, évolution, théorie, philosophie,L’ÉVOLUTION, Théorie Philosophique et de Méthodes, Politiques, Sociales et Économiques

La notion de l’Aequus Libra est purement philosophique.
On part du principe qu’au démarrage nos civilisations ont sous leurs pieds un socle fin comme l’épaisseur d’un fil et d’une longueur infinie. Nos civilisations doivent coute que coute avancer sur ce socle tout en gardant bien sûr l’équilibre pour ne pas chuter d’un côté ou de l’autre, c’est-à-dire tomber vers des extrêmes.
Imaginons :
– le fil est égal au temps.
– Son épaisseur est égale à notre capacité à avancer en stabilité.
– Le pied est notre civilisation, comprenant nos systèmes économiques, politiques et sociaux.
L’idée est de comprendre que plus nos civilisations avanceront en équilibre, plus le fils s’épaissira donnant plus d’appui à nos pieds, pouvant donc avancer avec moins de craintes de chuter d’un côté ou de l’autre tout en augmentant sa vitesse d’évolution. Nos civilisations avec le temps et leurs avancées sociales, politiques et économiques, finissant par avoir sous leurs pieds un vrai sol, solide et large où les possibilités de chuter seront largement réduites.
L’Aequus Libra nous enseigne que nos capacités à trouver l’équilibre de ne tient qu’à nous, dans nos aptitudes à savoir construire nos civilisations sur un socle universel, épais et durable dans le temps, apte à être donné sans risque en héritage à nos générations futures. Nous n’avons besoin que d’une chose pour y arriver, une conscience essentielle à tout démarrage de construction universelle, celle « d’être indissociable en tant qu’humanité ».
Il va bien sûr falloir du temps pour accéder à un réel équilibre. Nous avons ce temps en tant qu’espèce humaine, et nous en sommes aujourd’hui les pionniers, notre rôle étant de construire les fondations d’une Civilisation Mondiale. Pour ce faire nous devons réorganiser nos sociétés, leurs bases politiques et économiques, leurs points centraux devant exclusivement être ce qui est naturellement essentiel à la vie.

Extrait de L’ÉVOLUTION Théorie Philosophique et de Méthodes, Politiques, Sociales et Économiques, par G. Ragnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *